Le His Majesty’s Hospital Ship Britannic pour « le paquebot hôpital de sa Majesté » était un vaisseaux transatlantique. Il était le 3ème géant de la Classe Olympique, rejoignant respectivement, l’Olympic et le Titanic. Avant même la fin de sa construction, on apprendra avec effroi le naufrage de son sistership le Titanic, qui emporte avec lui, la fierté de l’Angleterre et surtout 1500 personnes. Pour qu’une telle tragédie ne se reproduise plus, il est installé sur le Britannic, une double coque qui de se fait, le rallonge. Sa longueur est donc de 275 mètres contre 269 mètres pour l’Olympic et le Titanic. Ses compartiments étanches sont aussi rehaussées jusqu’au pont A et il peut flotter avec plus de 5 compartiments inondés.

Malheureusement, la guerre fait rage, et le Britannic est rapidement transformé en navire hôpital pour transporter des soldats et des blessés. Le 21 novembre 1916, alors qu’il navigue paisiblement en mer Égée, une énorme exposition se produit à 8h00 du matin. Le commandant Charles Bartlett ferma aussitôt les cloisons étanches. Certaines fermées mal du fait de l’exposition mais mathématiquement le Britannic était sauvé et aurait du rester à flot. Pourtant, il coula en moins de 55 minutes, soit deux fois moins de temps qu’il a fallu au Titanic. Si la cause de son naufrage reste aujourd’hui inconnue, plusieurs expéditions permettrons de supposer que le Britannic aurait sombré à cause d’une erreur humaine. L’équipage avait ouvert les hublots pour une meilleure aération du navire. De ce fait, plus la proue s’enfoncée dans l’eau, plus d’eau à chaque fois rentrée dans le navire par les hublots. Normalement, lorsqu’on donne l’ordre de fermer les cloisons étanches, les hublots doivent êtres fermés pour le rendre « étanche ». Par conséquent, si les hublots avaient été fermés, on peut supposer que le Britannic n’aurait pas sombré…