Bonsoir à toutes et à tous !

Aujourd’hui nous testons et comparons la Peugeot 207 dans sa finition Urban et Urban Move équipés respectivement du moteur 1.4 70ch et un 1.6 92ch.

Alors premièrement si les deux appellations sont casiment identiquement, vous allez voir que l’équipement lui est totalement différent puisque 4 ans les séparent. Oui, vous allez me dire que ce test/comparatif a peu d’intérêt, sachant que la 208 est sortie depuis déjà près d’un an. Et bien je vous répondrait que non ! Car la première raison c’est que la 207 reste une sérieuse référence dans sa catégorie même si maintenant elle est remplacée par la 208. Deuxièmement, il faut savoir qu’elle est la citadine star de Peugeot et que pour beaucoup de jeunes conducteur elle sera la première voiture. Enfin, troisième point, pour ceux qui sont habitués au design félin et allergique au nouveau style de la 208 sachez qu’il y aura encore de nombreuses 207 à la vente compte tenu de son succès commercial. C’est donc, pour ces raisons que nous avons décidés de comparer et tester une voiture abordable aussi bien à l’achat, qu’au niveau des assurances, comparé au précédent test, et dans des finitions aux appellations identiques pour que vous vous fassiez une idée non seulement sur l’équipement en fonction des années mais aussi sur les motorisations. Car car on est jeune conducteur, on est souvent réticent à prendre une voiture puissante, non seulement parce que les assurances coûtent cher, mais aussi parce qu’il semble vue que puissance rime avec excès aussi bien en consommation que vitesse.

1ère point : Le design extérieur :

Alors sur l’urban de 2008 couleur gris manitoba, vous pouvez voir que c’est du classique, dans le sens où l’avant de cette dernière n’est pas doté de la face avant sport. Pas d’anti-brouillard donc et les leds n’existaient pas. De profil pas de baguette chromé, et des jantes tôles de 15’’. À noter également que les baguettes de protections ainsi que les poignées ne sont pas de la couleur de la carrosserie. À l’arrière le style a vieilli mais demeure tout de même convainquant face à la 208.

Sur l’urban move de 2012 maintenant couleur bleu turquoise, la face avant est issue du restylage. Anti-brouillard et chrome sont de la partie. De profil, une barre de chrome vient faire son apparition et participe au côté chic de la voiture. Les baguettes de protections et poignées de porte sont ici de la même couleur que la carrosserie. Les jantes de 16’’ alliage ainsi que la becquet sont des modifications personnelles. À l’arrière pas de changement par rapport à l’urban si ce n’est les nouveaux feux légèrement retouchés et à leds.

2ème point : L’Intérieur :

Sur l’urban, pas de fantaisie, mais l’assemblage et le dessin restent très corrects. En revanche, le plastique dur, les compteurs à fond noirs et les poignées de porte en plastiques participent à une ambiance austère. À noter que les inserts couleurs aluminium sont des modifications et que d’origine ils sont noirs. À l’arrière maintenant, la place aux jambes, aux épaules et la garde au toit sont correct mais ne privilégiez la place centrale que pour de courts trajets car elle est inconfortable.

DSC02854

Dans l’urban move, finit le noir et bienvenue à la qualité supérieure ! Les compteurs à fonds blancs sont cerclés de chrome et le plastique moussé sur la partie supérieure sont du plus bel effet. De plus, les inserts tout comme les poignées de portes sont ici de couleurs à défaut d’être chromés. À l’arrière pas de changement par rapport à l’urban, si ce n’est que les appuis-têtes sont maintenant d’origine. En revanche, les passagers arrières devront se contenter de vitres manuelles aussi bien sur l’urban que l’urban move.

DSC02846

3ème point : L’équipement

Sur l’urban nous avons droit au strict minimum, à savoir des vitres électriques à l’avant, un régulateur/limiteur de vitesse, une télécommande pour le poste, qui au passage ne lit pas de cd MP3 et une climatisation manuelle. Le volant quand à lui est en plastique dur et le siège passager n’est pas réglable en hauteur.

Sur l’uban move, régulateur/limiteur de vitesse, feux et essuie glaces automatiques, volant cuir, climatisation bizonne et télécommande du poste, qui ne lit également pas les MP3 sont de la partis. À noter que l’ESP est absent aussi bien sur l’urban que l’urban move.

4ème point : Le coffre

Il n’est pas géant mais se situe dans bonne moyenne de la catégorie.
La banquette peut se rabattre et dégage un plancher plat.
Pour cela, il est nécessaire de soulever l’assise, rabattre le dossier et ôter l’appui-tête.
Enfin, on peut noter la présence d’une vraie roue de secours sous le plancher.

5ème et dernier point : L’essai sur route

La 207 équipée du moteur 1.4 70ch se révèle agile, grâce à sa direction électrique à assistance variable. Comme à son habitude, Peugeot excelle dans le châssis quoiqu’un peu ferme et les freins malgré le fait que se soit une entrée de gamme. En revanche, son moteur se révèle vraiment trop juste pour entrainer les 186kgs supplémentaires par rapport à une 206 équivalente. De plus la boite à 5 rapports rallongés pour réduire les consommations et son embrayage long dégradent considérablement la vivacité du bloc qui pourtant semble poussif sur les deux premiers rapports. Cela peut donc se montrer vraiment dangereux lors de grosses relances ou de dépassements où il est nécessaire de sans cesse cravacher le moteur. Pas besoin également de monter dans le rouge car le moteur s’essouffle rapidement une fois les 4000 tours atteints. Malgré ses défaut, ce moteur de 160Nm se révèle souple et linéaire voire même économique où ça consommation mixte constructeur s’établie à 4,5 litres au cents, même si en réalité c’est plutôt 5,2. Il privilégie donc une conduite urbaine et conviviale.

Passons maintenant sur l’urban move équipée du moteur 1.6 92ch, sans contexte la motorisation polyvalente qu’il faut. Pas de changement sur la tenue de route, ni sur le freinage qui demeurent une référence. À se demander si chez Peugeot la finition influence vraiment sur le réglage du châssis et les freins à l’image de la concurrence germanique. Enfin, le couple de 230 Nm contribue grandement à l’agrément de conduire aussi bien en ville qu’en ras campagne.

Avec ce moteur toujours souple et linéaire, la 207 et son châssis nous révèlent tous le savoir faire de Peugeot en matière d’agrément de conduite et de liaison au sol. De plus la bonne nouvelle, est que ce moteur est encore plus économique que le 1.4 70ch car sa consommation mixte constructeur est affiché à 4,2 Litres/100 prouvant ainsi que moteur plus gros n’est pas synonyme de consommation plus importante.

En conclusion que retenir de cette voiture ?

Premièrement que la finition à l’appellation pourtant identique peut est totalement différente selon les années et qu’il est préférable de choisir en 2008 une finition supérieure à l’urban. Quant à la version 2012, l’urban move, elle vient gommer tous les défauts d’équipement notés dans la version 2008 et ne vieillis pas trop face à la 208.

Deuxièmement, sur la question de la sécurité, Peugeot n’a plus rien à prouver dans ce domaine car la 207 même sans ESP de série, demeure une sérieuse référence aussi bien en précision qu’en tenue de route.
De plus, elle obtient 5 étoiles au crash-test Euro NCAP et on a pu voir que la finition n’influencé par sur la tenue de route qui est certes un brin supérieure avec des jantes alliages.

Troisième point, nos deux versions d’essais, sont affichées respectivement à 7000€ pour l’urban et 13 000€ pour l’urban move. Il s’agit ici d’une fourchette de prix car sur le marché de l’occasion les prix peuvent varier en fonction des années et des kilomètres sur une seule et même finition.

Enfin pour ne pas être déçu, privilégiez au minimum la motorisation 1.6 92ch à défaut du 1.6 110.

DSC02828